Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 15:28

Nous voici en route pour rentrer chez nous.


Nous partons lundi matin de bonne heure de Los Angeles. Nous faisons un premier stop à Dallas avant de reprendre l'avion pour Londres.

 

Le vol se passe bien. Nous arrivons à dormir un peu dans l'avion ... mais nous avons le sentiment que le vol est rapide (tout de même 9h de vol), trop rapide ... peut être parce que nous sommes sur le chemin du retour ?

 

A Londres, pas le temps d'aller voir les jeux, car nous devons récupérer nos bagages et changer d'aéroport (Heathrow to Gatwick).

 

Nous voici revenu en Europe. Premier signe, notre avion a du retard. C'est presque la première fois qu'un de nos vols est en retard depuis 12 mois !!!

 

Benjamin est excité comme une puce. Il est impatient de rentrer à la maison, revoir ses jouets, son chat, ... Nous, pas trop.

 

A notre arrivée à Marseille Marignane, nous sommes arrassés par la chaleur. L'espace d'un instant, nous pourrions nous croire à nouveau dans les grands parcs de l'Utah. Mais, non. La réalité est bien là. Nous sommes de retour ...

 

Georges est là, qui nous attend pour nous accueillir et nous ramener à la maison. Nous sommes très content de le revoir. Il n'a pas changé ... toujours aussi jeune. Là, nous réalisons que la notion de temps est imperceptible car nous avons l'impression de l'avoir quitté une semaine avant. Sensation bizarre lorsqu'on sait que nous sommes partis depuis plus de 11 mois.

 

Nous retrouvons la maison ... Même si l'hiver a été rude, tout est en ordre. Rien n'a changé ... mais nous avons la sensation bizarre d'être étranger chez nous et de redécouvrir la maison. 

 

Georges et Dany, qui ont occupé la maison depuis notre départ, ont bien pris soin de notre nid et nous les en remercions. Ils nous invitent à diner dans leur nouvelle maison ... mais en fait c'est une surprise car à l'heure prévue du rendez vous, tous les amis débarquent à la maison pour fêter notre retour. 

 

Nous sommes très émus de les retrouver tous. Compte tenu de la période des congés, certains n'ont pu venir mais nous savons qu'ils sont avec nous par la pensée pour nous accueillir. Nous recevons plein de messages de ceux qui n'ont pas pu venir. 

Benjamin est également très content de retrouver quelques uns de ses copains et copines. Il est heureux et un peu déboussolé.

 

Devant le plaisir de se retrouver, la fatigue s'estompe ... Les conversations vont bon train jusqu'à tard dans la nuit. Les questions pleuvent : Quel pays avez vous préféré ? Avez vous été malade ? Qu'est-ce qui a été le plus dur ? Quel est votre meilleur souvenir ? Comment faisiez vous pour le blog ? Comment nous organisiez vous ? Comment avez vous pu tenir avec seulement 3 valises ? ...

 

Nous ne nous attendions pas à un tel accueil ... et nous réalisons que nous sommes de retour ... Nous réalisons aussi que nous sommes allés au bout de notre rêve et que notre voyage nous a transformés ...

 

Pour immortaliser l'instant, nous faisons la photo du groupe :

 

Retour-.jpg

 

Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont fait le plaisir de cet accueil, qu'ils aient été présents où non ... et bien sûr, aussi, tous les gentils organisateurs.

 

Leur geste nous a profondément touché. 

 

****************

 

Pour finir, ceci n'est pas notre dernier article.

Nous avons l'intention, d'ici quelques temps, et avec le recul nécessaire, de faire une synthèse de notre voyage.

 

Alors, nous vous disons à bientôt ...


 

 

Repost 0
Published by Christine et Dominique
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 06:50

Nous voici arrivés à Los Angeles, la « cité des Anges ».

 

L.A. est une énorme ville. Imaginez, l’agglomération fait environ 100 kms de long !!! La population de l’agglomération est de l’ordre de 18 millions d’habitants. Comme la ville s’est développée par créations successives de nouveaux quartiers, la ville comporte plus de 200 quartiers et plus de 10.000 lotissements !!! Les quartiers sont reliés par des autoroutes !

 

Inutile de dire que le moyen de transport le plus utilisé est la voiture, ce qui génère des embouteillages monstrueux. Nous l’avons expérimenté en arrivant puisque le bouchon a démarré environ 45 kms avant notre arrivée à notre hôtel …

 

Ne passant que 3 jours à L.A., il nous faut être sélectifs dans nos choix de visite, d’autant qu’il y a beaucoup de choses à faire à L.A.

 

L.A. étant connu comme la ville du cinéma et des stars, et sur les conseils de Philippe, nous décidons de commencer par la visite des Studios Universal.

 

Cette journée sera mémorable … Benji a adoré et nous également. Pour être sûr de tout voir en une seule journée, nous prenons les pass « coupe file » pour être prioritaires sur toutes les animations (il peut y avoir plus d’une heure d’attente), et surtout nous nous levons tôt pour être sur place avant 8h du matin.

 

La journée commence par Transformers, the Ride (en 3D) : génial nous vivons en direct une aventure avec bumble bee ….

 

transormers.jpg

 

Puis nous continuons avec le tour des studios et les visites de sites sur lesquels des films ont été tournés

 

DH 

 

crash 

 

village 

 

Nous découvrons comment sont dressés les animaux qui jouent dans les films et aussi quelques trucages … passionnant !!

 

trucage

 

La journée continue ensuite avec Shrek en 3D, Terminator 3D, Waterworld, la Momie ... et pour finir Jurassic Parc.

 

waterworld

 

Nous terminons la journée par un spectacle des Blues Brothers en personne ... qui nous régalent avec certains de leurs vieux succès de R&B

 

bluebrothers

 

Super journée. Nous avons vraiment super adoré … et nous rentrons plein d’étoiles dans les yeux

 

bumblebe

 

us Ravi ... et épuisé !!!

 

 

Pour la deuxième journée, nous partons à la découverte de Hollywood et Beverly Hills en bus touristique.

 

holliwood.jpg

 

etoiles 

 

Nous découvrons Rodéo Drive, la célèbre rue de Pretty Woman. He oui, elle existe vraiment, avec le couturier Bijan qui a habille les plus grands de ce monde. Sa boutique se veut être la plus chère du monde … Devant elle trône la Bugati de Mr Bijan (décédé l'année dernière).

 

rodeo 

 

bugati

 

Dans ce quartier, difficile de compter toutes les belles voitures qui passent … et qui friment. Ferrari, Aston Martin, Lamborghini, Maserati, Porsche, … comme si il en pleuvait !!!

 

mazeratti 

 

sandwave

 

C’est aussi l’occasion de rencontrer la sœur de Marie-Laure qui vit depuis 30 ans à LA et de passer un bon moment avec elle.

 

Pour la troisième journée, nous allons vers les plages. Les cousins américains de notre ami Georges nous ont proposé d’aller prendre un brunch à Malibu. Proposition qui ne se refuse pas !!!

 

malibu

 

Ils nous font découvrir Santa Monica, Venice Beach et bien sur Malibu et Calabasas, ville où habitent de nombreuses stars telles que Lady Gaga, Britney Spears, et beaucoup d’autres …

 

Nous croisons Vin Diesel qui accepte même une photo …

 

chris

 

 

Nous avons passé avec eux une super journée et nous les en remercions vivement. Ils nous ont vraiment accueillis de façon très chaleureuse et très agréable. Nous avons eu l’impression, pendant un moment, de vraiment faire partie de la famille. Un grand merci.

 

goldman-copie-1.jpg

 

 

A bientôt … en France !!!

 

Repost 0
Published by le-monde-vu-par-la-famille-pasquier
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 04:16

Las Vegas est une ville complètement folle. Ici, en plein désert, avec plus de 37 millions de visiteurs par an, l’homme a construit une ville capitale mondiale du jeu qu’on peut considérer comme le symbole de l’hyper consommation et de la futilité.


Rappelons que le développement de Las Vegas (traduction Les prairies) est dû au fait qu’au début du 20ème siècle, la ville déjà très libérale, mariait et divorçait très facilement.


Si le mariage était célébré sur le champ, il fallait être citoyen de la ville pour pouvoir divorcer. La citoyenneté s’acquérait en restant au moins 6 semaines dans la ville. Comme il fallait « occuper » les prétendants au divorce pendant 42 jours, dès 1931, les jeux furent autorisés … ce qui propulsa le développement de la ville.

 

9 des 10 plus grands hôtels du monde sont situés à Las Vegas. Les hôtels disposent d’un nombre de chambres qui se compte par milliers : le Venetian, plus de 7.000 suites, MGM Grand plus de 5.000 chambres, Luxor plus de 4.400 chambres … la capacité totale de la ville dépasse les 150.000 chambres … et nous avons pu voir encore des hôtels en construction !

 

Ce qui nous a le plus frappé à Las Vegas, c’est la qualité du service rendu. Ici, tout est vraiment fait pour faciliter la vie des consommateurs … et bien sûr pour qu’ils consomment encore plus. Gros contraste avec ce que nous connaissons en France !!!

 

Chaque hôtel intègre un casino et bien sûr, pour construire ces hôtels, les moyens investis ont été considérables et démesurés. Le budget de construction de certains hôtels dépasse 2,5 Milliards de $ !!!! Cela explique aussi comment le Venetian a reconstruit une partie de Venise, comment New York – New York a copié une partie des tours new yorkaise et comment Paris Las Vegas a reconstruit une tour Eiffel et l’Arc de triomphe …

 

nyouparis.jpg

 

Que faire à Las Vegas ? Les Casinos, bien sûr. Voici à quoi ressemble un casino. Jour ou nuit, on ne sait pas, personne ne fait la différence.


casino Casino New York New York

 

Même si nous ne jouons pas, Benjamin, lui a eu l'occasion de profiter de certains jeux présents dans les casinos.


moto.jpg  New York New York

 

Pendant nos deux jours à Las Végas, nous nous sommes donc baladés sur le strip (la plus longue avenue sur laquelle se trouvent les principaux casinos- hôtels) pour visiter les hôtels, les casinos et les galeries marchandes !!! Nous en avons recensé au moins 6 qui totalisent au moins 700 boutiques !!!

 

Voici quelques unes de nos découvertes pendant les 2 jours que nous avons passés sur place :

 

Bellagio Jets d'eau du Bellagio

 

Caesarpalace Place Romaine au Caesar Palace

 

bulli  Spectacle de rue ...

 

Mandalay Hotel Mandalay Bay 

 

louxor Hotel Loxour 

 

Paris Hotel Paris Las Vegas 

 

spiderman Spiderman et Batman sont là aussi

 

starwars-copie-1.jpg Starwars pour finir 

 

Après ces 2 jours, nous partons en direction de San Francisco en faisant une halte à Death Valley (la vallée de la mort) ainsi nommée par les cowboys tellement les conditions de vie y sont difficiles.

 

La Death Vallée est l’endroit des Usa dont l’altitude est la plus basse, à 86 m en dessous du niveau de la mer. La région étant désertique, le taux d’humidité est pratiquement nul et la chaleur y est épouvantable.

 

death 2 

 

death 1

 

Le jour de notre passage, il y faisait largement plus de 50 °c. Le matin de notre départ, à 10h, il faisait déjà 40°c.

 

death 3

 

Et justement, c’est là que se déroule la course à pied la plus difficile au monde, la Badwater (www.badwater.com). Le parcours est de 150 miles, soit 217 kms en plein désert. Nous avons pu suivre les concurrents pendant plusieurs dizaines de miles. Et nous voulons leur rendre hommage par ces quelques photos :

 

courreur 1 Longue la route ...

 

courreur 2 Tempête de sable sur la route

 

 

Nous saluons au passage le français Thierry Corbarieu, de la région de Toulouse, avec qui Dominique a couru pendant quelques centaines de mètres … et qui a fini la course en 42h34mn45s !!!! Un grand bravo …

 

thierry Thierry et Dom

 

 

Après ces conditions extrêmes, nous sommes allés nous rafraîchir quelques jours au parc Yosemite connu pour sa nature, ses vallées vertes, ses montagnes enneigées aussi très propices à l’escalade en été, ses balades … et aussi ses Séquoias séculaires.

 

yosemite 2 

 

yosemite 3 

yosemite 1 Sequoia millénaire

 

C’est aussi l’occasion de visiter, Bodie, un vieux village de chercheurs d’or … authentique !!!

 

Bodie 2 

 

Bodie

 

 

Nous arrivons ensuite à San Francisco, la 3ème ville de Californie, cette ville dont nous avons tous vu le pont mythique : le Golden Gate, ainsi appelé car il surplombe le détroit du même nom et ouvrait la porte pour le commerce avec l’Asie. Construit en 1937, il est classé parmi les 7 merveilles du monde moderne. Construit en 4 ans, il s’appelait alors le « pont de l’impossible » tellement étaient rudes les conditions climatiques (mer, vent, froid) pendant sa construction.

 

goldengate 

 

goldengate 2

 

San Francisco, tout le monde connaît aussi pour la célèbre île prison d’Alcatraz. Malheureusement, nous n’avons pas pu aller la visiter car les prochaines réservations étaient pour le 9 Août ! He oui, il y a tout de même plus de 12 millions de touristes qui viennent visiter SF chaque année. Nous avons tout de même pu la photographier de loin.

 

alcatraz

 

Mais San Francisco, c’est bien plus que cela. SF est une ville très libérale et très tolérante. C’est de là qu’est parti le mouvement gay sous la houlette de Harvey Milk, premier homosexuel a être élu à des fonctions officielles à la mairie de San Francisco et assassiné en 1978. C’est aussi de là qu’est parti le mouvement Hippie de l’après guerre.

 

hippie

 

San Francisco est aussi la ville aux 50 collines  ...


vuerueenpente 

 

rueenpente 

 

rueenpente 1 

 

rueenpente 2

 

... et aussi celle des Cable Car, les fameux tramways que l’on voit dans tous les films …

 

cablecar 

 

 

Malgré le tremblement de terre de 1906 (la ville se trouve sur la faille de San Andreas) qui a ravagé la ville à 90 %, certaines maisons anciennes, de style victorien, sont encore debout et en très bon état. Certaines constructions plus récentes ont conservé ce style, ce qui fait beaucoup dans le charme de la ville.

 

maisonsvictoriennes

 

Pendant notre séjour, nous avons eu l’occasion de visiter les principaux points d’intérêts touristiques de la ville et nous n’avons pas eu le temps de tout voir : Fisherman’s warf, Academy of sciences, Japonese Tea Garden, Exploratorium, Palace of Fines arts, Unions square, Cyty Center,  …

 

Fishermans Fisherman's wharf

 

palacefinearts Palace of Fines Arts et Exploratorium

 

japanese Japanese Tea Garden

 

Unionsquare.jpg Union square

 

citycenter City Center

 

Non loin de San Francisco, se trouve la Nappa Valley. Amateurs de vins, nous avons décidé de consacrer une demi-journée à la découverte de la vallée … en faisant étape chez Robert Mondavi … bien connu chez nous. Nous avons trouvé cette région magnifique et ses vins  excellents !!

 

mondavi 1 

 

mondavi 3 

 

Mondavi-2-copie-1.jpg

 

Au retour, nous faisons une halte au Parc Muir Woods, la forêt dans laquelle les singes du dernier film « La planète des singes » vont se réfugier. Benjamin voulait absolument voir les Séquoias géants. Les plus grands ont plus de 2.000 ans et font plus de 70 m de haut

 

sequoia 1  sequoia 2

 

****************

 

En conclusion, nous pouvons dire que nous avons beaucoup aimé cette ville qui allie la proximité de la mer et une nature verdoyante. Compte tenu du nombre de collines, où que l’on se trouve, la vue est magnifique. Même si le centre ville comporte, comme partout, quelques grands immeubles, les quartiers plus résidentiels sont aérés et composés de petites maisons de villes où de petits immeubles. Magnifique !!!

Manisfestement San Francisco est une ville où il fait bon vivre … et nous vous la recommandons vraiment pour y passer de bons moments

 

A bientôt ...

Repost 0
Published by le-monde-vu-par-la-famille-pasquier
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 07:18

Comme prévu, nous arrivons « aux states » le 29 juin … pays que nous pensons bien connaître … au travers des films et des séries télé que nous regardons depuis des années … mais que, comme beaucoup, nous n’avons jamais eu l’occasion de voir et de vivre physiquement. Cette fois ci, c’est pour de bon !!

 

Nous arrivons à Las Vegas où nous ne passons qu’une nuit, le temps de récupérer une voiture de location et de se reposer avant de repartir vers les grands parcs de l’ouest.

 

Avec le GPS que nous ont offert nos amis Nîmois les Martins,  Atger et  Gisch, nous sommes parés pour affronter les grands espaces américains. Cette fois ci encore, le GPS fonctionne à merveille et nous guide sans difficulté dans Las Vegas pour nous mettre sur la route du Grand Canyon. Seule surprise : les temps de trajet. Nous avons effectivement oublié qu’ici les distances sont en miles (= 1,6 km)

 

Quelques mots de géologie


La particularité géologique de toute cette région qui se trouve sur la plateau du Colorado tient au fait qu’il y a quelques 140 millions d’années cette zone se trouvait sous une mer peu profonde.

 

colorado-carte.jpg


Le soulèvement du plateau du Colorado et des montagnes rocheuses, il y a environ 70 millions d’années, a fait émerger des eaux toute cette zone. Depuis, l’érosion de l’eau, du vent ainsi que les fortes variations de températures ont fait le reste pour donner à cette région les paysages absolument extraordinaires que nous avons pu voir au Grand Canyon, au Lac Powell, à Monument Valley, à Moab et à Bryce Canyon …

 

 

Le Grand Canyon

 

Le Grand Canyon est vraiment un grand canyon. Il fait plus de 1.800 m de profondeur, mesure 450 kms de long et, par endroit, 20 kms de large. Classé parc national en 1919, il est aussi patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Le canyon a été formé il y a plus d’1,5 million d’années par l’érosion des eaux du Colorado. Considéré comme une des merveilles du monde, il est visité chaque année par plus de 4 millions de visiteurs.

 

Il y a plusieurs moyens de découvrir le canyon : à pied, en bus, en bateau, en voiture et en vélo. Nous l’avons exploré sur environ 30 miles et nous avons trouvé que la façon la plus agréable était le vélo.

 

Grand velo

 

De tous cotés, la vue est extraordinaire … Du bord du canyon, nous pouvons admirer les 40 couches de roches superposées qui forment cet exceptionnel paysage.

 

Grand 1 

 

Grand 2 

 

Grand 3 

 

Grand 4  

 

Grand nous  

 

et nous y faisons des rencontres inattendues ...

 

Grand Deer

 

Après 2 jours passés au Grand Canyon, nous regretterons de ne pas pouvoir descendre dans le canyon. Il existe bien des chemins pour descendre mais les conditions de marche sont extrêmement difficiles eu égard au dénivelé, à la chaleur (+ de 40°c dans le canyon) et à la longueur du trajet (2 jours pour descendre et remonter).  Une jeune marathonienne de 23 ans y est d’ailleurs décédée en 2009.

 

 

Le Lac Powell

 

Après le Grand Canyon, nous allons découvrir le lac Powell, du nom de John Wesley Powell, le premier explorateur qui a découvert toute cette région et le premier a avoir descendu le Colorado en bateau en 1869.

 

Le Lac Powell a vu le jour en 1956. Il a été créé pour réguler le cours du Colorado, permettre une meilleure irrigation de la région et produire de l’électricité.

 

Powell barrage

 

A l’époque de sa création, la région était complètement désertique. Il a donc été nécessaire de créer des routes, des ponts … et aussi une ville : Page (6.000 habitants).

Le lac Powell mesure 300 kms de long et la longueur de ses côtes est estimée à 3.600 kms (c’est à dire autant que les côtes littorales des USA). Très découpé, le lac présente un étrange mélange d’eau couleur bleu turquoise et de roche ocre.

 

Powell lac 2 Coucher de soleil sur le lac

 

Powell lac La roche et l'eau

 

 

Nous arrivons au Lac Powell le 4 juillet, l’Independance Day. Comme dans tous les villages, nous assistons au défilé pour fêter l’événement

 

Powell defile

 

De cette région, nous aurons particulièrement apprécié la croisière qui mène au Rainbow bridge, la plus grande arche naturelle des USA … qui mesure environ 90 m de haut, et qui a été entièrement créée par l’érosion de l’eau.

 

Powell arche

 

En aval du barrage, le Colorado fait une boucle en forme de fer à cheval (Horseshoe) que nous avons beaucoup aimé

 

Powell horse

powell saut 

 

Nous avons aussi beaucoup aimé Antelop Canyon, une gorge très particulière, creusée par l’érosion de l’eau des torrents gonflés par les orages. La particularité de ce canyon est que les parois en grès, assez hautes (environ 15 à 20 m de haut), sont très proches (parfois 1 m seulement). Outre les formes spectaculaires des parois, les rayons du soleil lui donnent une palette de couleurs merveilleuses. En réalité, il y a deux canyons : Upper et Lower Antelop Canyons. Les deux sont à voir absolument. Jugez en par vous même !!

 

antelop 2 Upper Antelop Canyon

 

antelop 1  Lower Antelop Canyon

 

antelop 3 Upper Antelop Canyon

 

C’est dans ce canyon que nous avons la surprise de croiser nos amis Raphaël et Rose Anne et leurs enfants … que nous devions retrouver seulement le lendemain à Monument Valley.

 

 

Monument Valley

 

Monument Valley est un endroit mythique et magique … que nous avons tous vu dans les westerns. L’histoire raconte que lorsque John Ford a vu pour la première fois des photos de Monument Valley, il a commandé sur le champ le tournage d’un film … devenu célèbre depuis : La chevauchée fantastique …

 

MV 1

 

C’est donc là que nous nous retrouvons avec nos amis pour passer quelques jours ensemble à découvrir la région. Nous sommes ravis de les retrouver … pour partager avec eux une partie de notre aventure.

 

MV tous

 

Benjamin est ravi de retrouver Gauthier et Apolline, des enfants qui parlent enfin français et avec qui il peut jouer et discuter. Tous les trois ont plein de choses à se raconter et deviennent vite inséparables.

 

MV 3enfants

 

Enfants 3

 

Nous passons le reste de la journée à nous prendre pour des John Wayne et à découvrir la vallée et ses trésors géologiques.

 

MV 3

 

MV 4 

 

MV 5

 

MV 2

 

 

Moab

 

Après Monument Valley, nous remontons vers le nord, à Moab, une petite ville de 5.000 habitants située à 250 kms. Elle recèle plein de joyaux … tels que Arches National Park, le parc naturel des arches qui regroupe le plus grand nombre d’arches naturelles.

 

Arches 1  Delicate Arch

 

Arches 2 North and South Windows

 

Ici aussi, l’érosion de l’eau, du vent et les variations de températures importantes auront sculpté le grès pour créer ces arches monumentales. C’est ici que le thermomètre montera le plus haut puisque Raphaël mesurera 117°F, ce qui correspond à 47 ° C !!!

 

En remontant le cours du Colorado, nous découvrons les Fischer Towers, immenses tours de grès …

 

fisher tower

 

… et la Castle Valley aux paysages exceptionnels qui ont inspiré beaucoup de publicitaires.

 

castle valley

 

 

Bryce Canyon

 

Après 6 h de route à partir de Moab, nous arrivons (enfin) à Bryce Canyon. A peine arrivés, nous partons à la découverte du canyon dont nous savons qu’il est aussi extraordinaire.

 

Bryce 1

 

Cette fois ci, nous pouvons descendre dans le canyon pour mieux découvrir ces « cheminées » très particulières appelées Hoodoos.

 

Hoodoos.jpg

 

Ici aussi, l’érosion est en marche depuis des millions d’années et les géologues ont déjà prévu que d’ici 3 millions d’années, Bryce Canyon ne serait plus qu’une dune de sable. Dépêchez vous d’y aller car l’endroit est absolument extraordinaire !!

 

Bryce 2

 

Bryce garçons

 

Bryce tous

 

Comme nous, vous ne vous lasserez pas de regarder des formes incroyables aux couleurs qui vont du blanc au ocre foncé.

 

Bryce-3.jpg

 

Bryce balade 3

 

C’est à Bryce Canyon que notre périple commun avec Raphaël, Rose Anne, Gautier et Apolline s’achève, eux partant pour Las Vegas puis San Francisco.

 

Pour ce qui nous concerne, nous passons quelques jours de plus à Bryce pour approfondir notre découverte du canyon ce qui nous permet de faire une belle balade à l’intérieur du canyon et de découvrir des paysages absolument époustouflants.

 

Bryce balade 1 

 

Bryce balade 2

 

 

A cette occasion, nous rencontrons les petites mascottes locales : les Tamias (écureuils locaux) habitués aux touristes …

 

tamia.jpg

 

A Bryce, nous avons aussi eu l’occasion d’assister à un vrai rodéo … pas toujours commodes ces vaches … mais contrairement à chez nous, elles reviennent pour le spectacle suivant.

 

Bryce rodeo 2  

 

Bryce rodeo

 

De Bryce, et pour boucler la boucle, nous retournons dans cette ville déjantée qu'est Las Vegas …

A bientôt …

 

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Etats Unis
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 15:44

Après nos deux semaines de découverte du Guatemala, nous avions prévu de faire une pause au Belize pour fêter nos 10 ans de mariage.

Nous avons choisi le Belize car on nous avait parlé de ce pays comme étant un pays paradisiaque avec de belles plages …

Logé sur la côte caraïbe, et cerné par le Guatemala et le Mexique, le Belize est un petit pays mais il dispose de la seule côte de l’Amérique Centrale avec une barrière de corail.

Peuplé de seulement 312.000 habitants (environ !), le Belize n’a pas ou peu de ressources … si ce n’est le tourisme (surtout les américains) et l’agriculture.

Le Belize est une ancienne colonie Anglaise dont il a acquis l’indépendance depuis 1981 (seulement) … La langue officielle est donc l’anglais (mais tout le monde parle également espagnol) … mais par contre, ici, on roule à droite !!! Bizarre que les Anglais aient pu tolérer une telle chose.

Le Belize est aussi une terre chérie des Mayas. Le pays dispose donc de quelques très beaux sites Mayas. Ainsi, nous avons visité le site de Lamanaï auquel on accède après un trajet d’une heure de bateau sur la New River (le Belize a deux principales rivières : la Old et la New River).

Voici quelques photos de ce très beau site 

 

Lamanai new river 

 

Lamanai 4 

 

Lamanai 1  

 

Lamanai 3 

 

Lamanai nous 

 

 

Nous avons aussi visité le site de Xunantunich qui se trouve à coté de la frontière avec le Guatemala. Ce site a la particularité de comporter, sur le plus grand temple appelé le Castillo, deux fresques très bien conservées.

 

XXX 

 

xxx frise  

 

Nous a XXX

 

Pour fêter nos 10 ans de mariage, nous avons choisi l’île d’Ambergris Caye que nous rallions en avion


 avion

 

lagon 

 

vue avion

 

Nous passons donc quelques jours dans un hôtel au bord de la plage …


piscine  

 

plage  

 

plage 2


… en pratiquant aussi quelques sports locaux


kayak.jpg 

 

paddle

 

Pour nous, ces 10 ans sont passés à la vitesse de l’éclair. Il y a dix ans, nous étions encore à Lyon. Benjamin n’était pas encore né … et nous avions la perspective (mais pas encore la certitude) de venir dans le Gard.

En 10 ans, nous avons changé d’activités professionnelles, déménagé plusieurs fois … Nous avons fêté de nombreuses réussites, mais de toutes nos réussites, la plus belle est sans hésitation notre fils Benjamin.

Que de chemin parcouru ensemble …

Pendant 10 ans, nous avons su nous compléter, nous soutenir lorsque c’était nécessaire, évoluer en parallèle et en harmonie, partager de belles choses et dépasser les moments plus difficiles … et le plus important, continuer à nous aimer … au point d’avoir la même envie de partager ensemble un an de voyage autour du monde !!!

Nous n’avons pas eu vraiment à nous forcer car, au delà des sentiments déjà très forts qui nous unissent, nous partageons déjà les mêmes envies, les mêmes plaisirs … et la même vision des choses …

Et nos 10 mois de vie commune autour du monde nous donnent encore plus envie de continuer ... ensemble !!!

 

Le jour de nos 10 ans de mariage, Benjamin nous fait aussi une belle surprise qui nous a beaucoup ému en nous offrant, le matin même, un joli dessin accompagné d’un petit texte de sa composition.

Tour du monde oblige, notre anniversaire sera fêté de façon simple et authentique … comme nous !!!


mariage  

 

A bientôt ...

 


 

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Belize
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 02:57

Dans la région de Peten et dans les sites Mayas, nous avons vu beaucoup d’animaux. Certains sont difficiles à voir car ils sont très sauvages.

 

Nous avons vu des crocodiles qui peuvent atteindre 4 mètres ou plus. Leurs dents sont incroyables.

 

Crocodile-1.jpg

Crocodile 2

 

... ils sont souvent avec des tortues 

 

Tortues

 

Nous avons aussi vu des singes araignées qui sont magnifiques grâce à leur ventre blanc. Le reste de leur pelage est marron. Ils se déplacent en bande et sautent d’arbre en arbre. Les feuilles des arbres tombent à leur passage.

 

Singe araigne 2

 

Singe araigne 1  

 

Single hurleur 3

 

Nous avons vu des singes hurleurs font un sacré bruit et qu’on entend de loin. Ils passent 70% de leur temps à dormir dans les arbres.

  

Single hurleur 1 

 

Single hurleur 2

 

Nous avons vu des Aras, sorte de perroquets aux couleurs très jolies. Ces oiseaux sont toujours en couple.

 

Ara 2

 

Arra 1

 

Nous avons aussi vu sur la route un très joli Dindon sauvage …

 

Dindon

 

… et des Coatis

 

Koati

 

En chemin, nous avons vu aussi un trou de Tarantulle ...

 

Tarantulle 1 

 

La Tarantulle n'était certainement pas loin, mais la seule que nous avons vu ... était dans une cage !!!

 

Tarantulle 2

 

Sur le Lac de Peten Itza, nous sommes allés voir la réserve hôpital de Petencita. Cette réserve a été crée pour soigner des animaux malades ou blessés.

 

Petencita.jpg

 

Nous avons vu des crocodiles, phacochères, coatis, toucans, tigrillos, singes, poissons du diable. Ce qui m’a le plus étonné, c’est le Tigrillo, une sorte de chat jaguar très beau.

 

Tigrillo 1

 

Tigrillo 2

 

J’ai aussi adoré le Toucan avec son bec de toutes les couleurs.

 

Toucan

 

 

Lorsque nous étions au Belize, nous sommes allés au Zoo de Belize qui a aussi beaucoup d’animaux. Le plus impressionnant était le Jaguar que nous avons pu voir de très près.

 

jaguar 2 

 

jaguar 1

 

jaguar

 

Nous avons vu un Harpy Eagle, l’aigle le plus grand et le plus puissant du monde, dont le réalisateur du film Harry Potter, s’est largement inspiré pour créer le phénix Fumesec.

 

Harpy 2

 

Harpy

 

Nous avons aussi visité une ferme aux papillons. Je n’en avais jamais vu d’aussi gros. Ils s’appellent les Blue Morpho à cause de leur belle couleur bleue. Ils ne sont pas sauvages comme vous pouvez le voir.

 

papillon 2

 

papillon 1

 

J’ai adoré me balader dans la jungle et découvrir tous ces animaux. Notre guide Orlando m'a beaucoup aidé à les voir et les découvrir. Je le remercie.

 

Orlando

  

A bientôt pour que les parents vous parlent du Belize  …

Repost 0
Published by Benjamin - dans Animaux
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 03:05

Après le Pérou, nous partons pour le Guatemala.

 

Nous allons faire sourire notre ami Anthony qui a une grande expérience des mauvaises péripéties des transports aériens au point d’en avoir écrit un livre.

Notre trajet en avion de Lima à Guatemala city prévoyait un stop à San Salvador. En contrôlant notre trajet, nous nous apercevons que le temps de connexion à San Salvador n’est que de 35 mn. Sûrs de ne pas avoir notre correspondance, nous contactons la compagnie TACA pour vérification. On nous dit qu’il n’y aura pas de problème. Sceptiques, nous prenons notre vol de Lima à San Salvador. Ouf, il arrive à l’heure ! Puis la connexion à San Salvador. Pas de formalités d’immigration … nous arrivons à temps pour prendre notre deuxième avion. Là, nous pensons que c’est déjà une prouesse.

A notre arrivée à Guatemala city, nous attendons, toujours sceptiques, nos valises. Des bagages commencent à sortir, … ça dure, ça dure … plus beaucoup de monde autour de nous … et puis nous voyons enfin arriver nos valises … toutes les trois, celle de Christine étant la dernière !!!

Nous racontons cette anecdote … simple pour illustrer que le « pire n’est jamais certain » … mais qu’en aurait-il été chez nous ?

 

Nous voilà donc à Guatemala city. Nous avions prévu de n’y passer qu’une journée car il n’y a pas grand-chose à voir.

 

Notre guide, Joachim, nous fait visiter le centre ville historique.

Place principale Place d'Armes

rue commerçante Rue commerçante

 

Ce jour là, ce sont les obsèques du Cardinal Quezada qui a joué un rôle clé dans l’histoire du pays, surtout dans la réconciliation et l’arrêt de la guerre civile en 1990.

 

Cathedrale.jpg Cathedrale

 

Tout le gratin Guatémaltèque se presse dans la cathédrale. C’est intéressant pour nous de nous fondre dans cette foule. Toutes les écoles et congrégations religieuses sont venues lui rendre un dernier hommage.

 

 

C’est l’occasion de dire que le Guatemala est un pays qui compte environ 15 M d’habitants dont 1/3 vivent à Guatemala City et dans les banlieues. La ville a été bâtie sur une ancienne cité Maya – Kminaljuju. Dans la ville, nous sommes étonnés de trouver des centres commerciaux qui ressemblent étrangement à ceux que nous connaissons.

 

centre commercial

 

Même si le pays n’est pas très riche, le Guatemala dispose de ressources minières : or, argent, uranium, fer, … et aussi du pétrole (production 10.000 barils/jour ce qui couvre un peu plus de 12% des besoins).

 

Ici, avec un salaire minimum de 100 €/mois et un salaire moyen de 300 €/mois, le pays est considéré comme un pays en voie de développement. Si l’inflation est jugulée (environ 3%), le taux de chômage est très élevé. 15% officiellement, mais on nous a parlé de 24% officieusement.  Et surtout le taux d’alphabétisation n’est que de 60 %, ce qui est un drame pour le pays.

 

Au Guatemala, la culture Maya est fortement présente. Les Mayas représentent environ 40 % de la population. Arrivés d’Asie en traversant le détroit de Béring il y a environ 10.000 ans (lors de la dernière glaciation), les Mayas se sont installés dans toute la région, à cheval sur le Mexique, le Guatemala, le Belize, le bord du Honduras et le Salvador. Le petit musée Maya de Guatemala City est pour cela très intéressant et donne une bonne vision de la culture Maya.

 

Culture maya

 

 

Après notre stop à Guatemala City, nous partons pour le Lac Atitlan qui se trouve à environ 120 kms à l’ouest. Notre premier étonnement concerne les transports en communs locaux qui s’effectuent avec des bus très colorés … achetés aux USA. On nous expliquera que la couleur des bus permet aux analphabètes de ne pas se tromper de ligne.

 

bus

 

Le Lac Atitlan, qui se trouve dans une région volcanique, est cerné par les volcans (dont certains dépassent les 3.000 m d’altitude). Le lac lui même est situé dans une caldera d’un ancien volcan. Lors du grand tremblement de terre de 1976, le niveau du lac avait baissé de 10m … mais la nature a repris ses droits et le niveau est maintenant remonté de plus de 6m … ce qui n’est pas sans poser de problème pour ceux qui ont construit un peu trop près !!!

 

atitlan 

 atitlan 1 

atitlan 2

 

Nous restons quelques jours autour du lac pour visiter les villages typiques des environs. La particularité de cette région est que les habitants sont habillés de façon spécifique, chaque village ayant sa tenue propre.

 

vetements typiques 2 

vetements typiques Village de San Antonio Palopo

 

Nous visitons les églises et parcourons les marchés alentours, ce qui n’est pas toujours du goût de Benjamin.

 

Marche 1 Marché de San Francisco El Alto

Marche 2 Marché de Chichicastenango

Marche 3 Marché de Solola

 

Nous découvrons aussi la production fruitière et légumière locale … dont la taille nous interpelle. Jamais nous n’avons vu des carottes aussi grosses. Notre guide n’arrivera pas à nous convaincre du caractère complètement naturel de ces productions. Manipulations génétiques ? Utilisation excessive de l’eau sulfureuse des volcans pour arroser les cultures ?

 

carottes 1 Marché de Zunil

carottes 2 Admirez la taille des carottes !!

 

A l’occasion de notre séjour à Atitlan, et pris d’une envie d’adrénaline, nous décidons de tenter l’expérience des tyroliennes, un parc se trouvant tout à coté de notre hôtel. Notre initiation est rapide … Première descente longue de 140 m … deuxième descente longue de 310 m …

 

zipline 1  

 

Les sensations sont fortes mais nous nous sentons rapidement à l’aise … Benjamin aime beaucoup.

 

zipline 2

 

 

Après Atitlan, nous partons pour la ville d’Antigua, ville coloniale, classée Patrimoine mondial par l’Unesco et qui a gardé tout son cachet. Antigua se situe aussi dans une région volcanique et est entourée par plusieurs volcans dont le Fuego (qui culmine à plus de 3.000 m) qui est toujours en activité.

 

Antigua.jpg

 

A l’origine, Antigua était la capitale du Guatemala. Mais en 1773, un tremblement de terre détruisit une grande partie de la ville et de ses 40 églises. Devant les difficultés à reconstruire, la capitale fut déplacée sur le site actuel de Guatemala City.

 

Voici quelques photos des principaux bâtiments de la ville.

 

Antgua La Merced  Eglise de la Merced

 

Antgua couvent La Merced  Couvent de la Merced 

 

Antigua hopital  Hopital d'Antigua

 

Eglise pedro Betencur Eglise Pedro Bettencur

 

Antigua cathedrale Cathedrale

 

 

Antigua est également connue comme une ville où il est facile d’apprendre l’espagnol. Nombre d’américains viennent ici pour y apprendre la langue. Nous en profitons nous aussi pour prendre nos premières leçons d’espagnol. Notre professeur, Alex, nous met tous au travail … et même Benjamin restera concentré pendant toute la durée des cours.

 

Antigua cours espagnol

 

Pendant notre séjour, nous avons visité aussi une école publique pour apporter des cahiers et des stylos pour les enfants défavorisés. Au Guatemala, les enfants portent tous le même uniforme pour aller à l’école. Les enfants étaient surpris de nous voir. Nous avons aussi été surpris de voir que les enseignants étaient deux par classe … et en cravate !!!

 

Antigua ecole  

 

Antigua ecole 2 

 

A l’occasion de notre séjour à Antigua, nous avons visité la plantation de café de la famille Dalton. Cette plantation, qui date de 1890, a été créée par une famille du Texas. A l’occasion de la visite, notre guide Pedro nous a expliqué la greffe d’une feuille d’Arabica sur un pied de Robusta, l’élevage en nursery pendant 12 mois, puis la plantation. Nous avons été surpris de savoir qu’un caféier ne produisait qu’environ 1kg de grains de café par an. Nous avons pu aussi apprécier le process de fabrication … et bien sûr, au final, déguster un bon café.

 

Antigua cafe 1 

 

Antigua cafe 2

 

Nous avons beaucoup aimé Antigua. Il y règne une atmosphère très agréable. Ici, pas besoin de voiture. On se déplace à pied. Peut-être à cause l’architecture coloniale, une grande sérénité et une grande paix se dégagent de la ville. Un peu comme si nous étions plongés hors du temps.  La ville nous a paru vraiment un lieu idéal pour apprendre l’espagnol … et si nous avions, un jour, à apprendre cette langue, nul doute que nous viendrions l’apprendre ici.

 

 

Après Antigua, nous partons pour le Peten, la grande région du nord qui jouxte les frontières du Mexique et du Belize. C’est dans cette région que les Mayas avaient élu domicile et fondé les grandes villes telles que Yaxha, Tikal, El Mirador, Ceibal, Uaxactun, … et que nous avons visités (sauf El Mirador qu’on ne peut atteindre que par un trek de 5 jours dans la jungle dans des conditions difficiles).

 

Tikal est, bien sûr, le site archéologique le plus connu. A son apogée, la ville de Tikal abritait environ 100.000 habitants. Construite en 500 avant JC, elle restera la capitale Maya jusqu’en 900 après JC.

 

Tikal, comme les autres villes de la région sera abandonnée entre 900 et 1200 après JC. Il n’y a pas de certitudes sur les raisons de cet abandon. Mais les archéologues s’accordent presque tous sur le fait que la région aurait traversé une période de sécheresse assez longue et qu’il n’y aurait plus eu assez de nourriture pour nourrir les populations qui ont du alors émigrer.

 

Nous avons été surpris, en découvrant ces sites, de leur état de conservation. Si certains bâtiments ont été parfaitement restaurés, d’autres, faute de moyens financiers suffisants, restent enfouis sous plus de 1.000 ans de végétation et il faut vraiment faire preuve d’une grande imagination pour reconstituer les villes, les places,  … même si par endroit, des archéologues ont utilisé l’image de synthèse pour mieux nous aider à le faire.

 

Maya sous la vege Temple Maya sous la végétation

 

Maya reconstitue Reconstitution en image de synthèse

 

 

Voici quelques photos des principaux sites que nous avons visités :

 

 

Tikal

 Tikal 1 Temple du Jaguar (50m)

Tikal 2 Grande Place

 

Tikal 3 Masque Maya

Tikal 4 Place des sept temples

Tikal 5 Temple du Jaguar

Tikal 6 Temple V (60 m)

 

Yaxha

 

Yaxha 1 Grand temple de Yahxa (57 m)

Yaxha 2 

Yaxha 3

 

Ceibal

 

Ceibal observatoire  Observatoire astronomique

 

Ceibal hotel  Autel pour cérémonies

 

Parfois, comme à Ceibal, pour atteindre le site, il faut prendre un bateau, remonter le cour d’une rivière pendant une heure, puis marcher dans la jungle pendant 2 heures … chacun a sa façon de se protéger des moustiques !!!

 

Ceibal 3

 

 

L’autre richesse du Guatemala, surtout dans la région de Peten, réside dans la beauté de sa nature, dans sa faune et sa flore … mais nous laissons Benjamin en parler dans un tout prochain article.

 

A bientôt …

 

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Guatemala
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 00:53

Nous voici maintenant au Pérou, aux pays des Incas.

 

Le Pérou, pays mal connu en général, est en fait un pays d’une très grande richesse. Tout d’abord au sens propre, car il regorge de mines d’or (5ème producteur mondial), d’argent, de cuivre, … Mais aussi au sens figuré, tant pour la diversité de ses paysages (montagne, forêt amazonienne, côte pacifique, …) que pour sa culture … issue de la civilisation Incas.

 

Notre programme prévoit que nous restions 2 jours et demi à Lima. Comme Christine, la marraine de Benjamin doit nous rejoindre le lendemain de notre arrivée pour nous accompagner pendant tout notre périple péruvien, nous attendons son arrivée pour commencer la découverte de la ville. Les retrouvailles furent humides !!!

 

retrouvailles

 

A notre arrivée à Lima, nous sommes tout de suite surpris par la couche nuageuse (appelée La Garua) qui recouvre la ville qui est une des plus polluée de l’Amérique latine. Cette brume est due au courant froid (courant de Humbold) qui borde la côte pacifique sud du Pérou. A Lima, il ne tombe que 5 à 6 mm d’eau par an !!!

 

Garua

 

Lima est une très grande ville. Elle regroupe environ 9 millions d’habitants pour un pays qui n’en compte que 26, soit près du tiers de la population.

 

On nous avait dit que la ville n’avait pas vraiment d’intérêt … mais rapidement nous nous sommes rendus compte que Lima est une ville qui mérite qu’on y consacre un peu de temps. Nous avons découvert les principaux spots de la ville :

 

Le jardin de l’amour qui se veut ressembler au parc Guell de Barcelone. Belle vue sur la mer. Nous apprenons au passage que le Pérou a des surfeurs de haut niveau.

 

Love garden 1 Love garden 2

 

Le quartier résidentiel Saint Isidro avec son parc El Olivar construit au XVIème siècle et dans lequel ont été plantés des oliviers centenaires et … maintenant de très belles maisons. Les oliviers sont énormes, il y a même un moulin à huile.

 

El olivar 1 El olivar 2

 

Ensuite, nous flânons sur la place Mayor où se trouve la Cathédrale et le palais du Gouvernement, ... Nous avons même droit à une présentation de cultures locales organisée par le Ministère de la culture.

 

Plaza mayor 3  Plaza mayor 2 

Plaza mayor 1  Fete lima

 

Nous terminons la visite par une marche à pied jusqu’au couvent Saint François d’Assises dont nous visitons les catacombes, dans lesquelles se trouvent les ossements de 25.000 personnes …

 

couvent St françois

 

Après ces deux jours à Lima, nous nous envolons pour Cusco, une ville montagneuse, de près d’1 M d’habitants, située à 3.400 m d’altitude et dont le patrimoine culturel et religieux est un des plus importants du Pérou.

 

A l’époque des Incas (1.200 à 1.534), Cusco était la capitale. Dès leur arrivée en 1534, les Espagnols ont mis un point d’honneur à prendre le contrôle de la ville tant au plan politique que religieux.

 

Sur le plan religieux, ils ont construit des églises sur les temples Incas, pensant que ceux-ci ayant l’habitude de prier dans ces lieux, se convertiraient plus facilement au catholicisme, ce qui a eu un certain succès.

 

Nous passons deux jours à Cusco pour visiter la ville … et aussi nous habituer à l’altitude. Le seul remède local contre le mal de l’altitude est la feuille de coca … que nous avons essayée, bien sûr, … mais Marraine, prévoyante nous avait amené des pastilles homéopathiques … à la coca !!!

 

Cusco vue gle

 

La ville de Cusco est organisée autour de la place des Armes sur laquelle se trouve la cathédrale. Cusco renferme aussi des musées intéressants tels que le Musée des Arts religieux, le Musée Précolombiens et le Musée Incas qui présentent des productions Incas montrant toute la richesse de cette civilisation.

 

Cusco plaza armas Cusco cathedrale

 

musée précolombien 

 

Cusco est une ville plus authentique que Lima. Il est fréquent de croiser des habitants en tenue traditionnelle ou des vendeurs ambulants qui proposent des produits artisanaux.

 

Cusco habit tradi  Cusco habit tradi 2

 

De Cusco, nous prenons le train pour nous rendre à Aguas Calientes au pied du Machu Pichu, le site mondialement connu que nous sommes impatients de découvrir.

 

Train 1 

 

Au fur et à mesure que nous descendons (Aguas Calientes n’est qu’à 2.000 m d’altitude), et que nous nous rapprochons du Machu Pichu, la végétation change et les montagnes se font plus serrées et les pentes plus raides. Nous arrivons à proximité de la forêt amazonienne.

 

Train 2

 

Nous passons une nuit à Aguas Calientes avant de prendre un bus matinal qui nous emmène au Machu Pichu (30 mn de bus).

 

Christine, la marraine de Benji rêvait depuis plusieurs jours de découvrir le Machu Pichu avec le soleil (ce qui est très rare), sans trop de touristes (très rare aussi) et avec quelques lamas ou vigognes, les animaux emblématiques du Pérou. A notre arrivée, le rêve devient réalité !!!

 

Machu-pichul-lamas.jpg

 

Le site du Machu Pichu est un des sites les plus extraordinaires que nous ayons pu voir pendant tout notre voyage. Classé patrimoine mondial par l’Unesco, il fait partie des 7 merveilles du monde.

 

Les Incas ont construit ce site en 1440. Il s’agit d’un temple et aussi d’une ville sacrée où vivait environ 1800 habitants … et peut-être Pachacutec, le roi des Incas. Le site a été construit sur un plateau situé à 2.500 m d’altitude avec une vue vertigineuse sur la rivière qui se trouve au fond de la vallée et surtout avec une vue extraordinaire à 360° sur les montagnes voisines. Le site était voué au soleil … le Dieu Incas. Le site a été construit dans un granit spécial connu pour ces qualités magnétiques.

 

Machu pichu 2  Machu pichu (

 

Machu pichu 3  Machu pichu 6 

 

La visite du site nous permet de comprendre la puissance et la culture de ce peuple … plus qu’un peuple, une civilisation. A cette époque, ils avaient déjà inventé l’irrigation, savaient monter des blocs de pierre colossaux à une telle altitude pour construire des bâtiments monumentaux. Ils avaient appris à tailler les pierres et à les assembler sans aucun mortier au millimètre près. Un temple présente même un bloc de pierre à 32 facettes !!!

 

Machu pichu rocher  Machu pichu temple 3 fenetres

 

Les Incas ont construit sur ce site un observatoire astronomique. A cette époque, Ils étaient capables de faire des calculs poussés notamment pour identifier les solstices. Cela avait notamment une grande importance pour l’agriculture et aussi pour leur religion, car les cérémonies avaient lieu à des moments bien précis de l’année en fonction du calendrier solaire.

 

Machu Pichu observatoire 2  Machu Pichu observatoire

 

Après 6 heures de visite, c’est à regret que nous quittons le Machu Pichu pour revenir à Cusco. Nous sommes partagés entre la joie d’avoir passé un moment inoubliable et unique dans une vie et la tristesse de devoir déjà partir.  Nous garderons tous le souvenir d’un site magique, extraordinaire qui dégage une réelle puissance.

 

Machu pichu 6

 

Dès le lendemain matin, nous poursuivons notre programme en prenant un bus pour rallier Puno, la ville touristique qui se trouve sur la rive du lac Titicaca. La route est longue (9 heures). Elle nous amène à parcourir les grandes plaines de l’altiplano et à passer un col à 4.335 m d’altitude.

 

Col 4335

 

Nous faisons quelques arrêts en chemin pour des visites d’églises ou de vestiges Incas, tels que ceux de Raqchi ou des tombes de Sulistani

 

Raqchi Temple de Raqchi

 

Silustani  Tombes de Silustani


Le lendemain matin, un guide nous attend pour nous emmener faire une croisière sur le lac Titicaca, le plus haut lac navigable du monde qui se trouve à 3.800 m d’altitude. Ce n’est pas neutre car il est bon de rappeler qu’ici les nuits sont très froides et … que les maisons ne sont pas chauffées. Comme nous a dit le guide, même si on leur mettait un chauffage, les gens ne l’utiliseraient pas car ça coûte trop cher … et puis ils sont habitués à vivre avec le soleil !!!

 

Notre premier arrêt nous permet de découvrir les villages flottants d’Uros. Les femmes du village nous accueillent avec une grande gentillesse et nous explique comment sont construits ces villages et comment elles vivent.

 

Uros 1  Uros 2

 

Uros 4  Uros 6

 

Nous faisons quelques photos de famille !!!

 

Uros 3

 

Notre bateau nous emmène ensuite à l’île de Taquile, une très belle île dont la végétation rappelle quelque peu les Cyclades de la Grèce. Notre bateau accoste et nous suivons un chemin qui nous amène progressivement vers la place centrale de l’île.

 

Taquile 2 

 

Taquile 4 


Pendant notre ascension, nous pouvons admirer les montagnes enneigées de la Bolivie qui culminent à plus de 6.000 m. La Paz, la capitale de la Bolivie n’est qu’à 3 heures de route !

 

 

Taquile 1


Ce qui nous a frappé dans cette île, c’est la douceur de vivre, la gentillesse des gens et aussi leur façon de vivre … très coopérative. Par exemple, plutôt que de se faire de la concurrence pour vendre leurs produits artisanaux aux touristes, les villageois ont monté une coopérative artisanale. De même, les menus servis dans les restaurants sont tous identiques et au même prix … et surtout, il existe une réelle « réciprocité » pour s’entraider dans les travaux agricoles … surtout que les parcelles sont minuscules et organisées en terrasse … et ce depuis plus de 2.500 ans !!!!

 

Taquile-terrasses.jpg

 

Particularité de cette île : ici, les hommes tricotent … et certains commencent assez jeunes !!! Leur art est même classé Savoir faire mondial par l’Unesco.

 

Taquile 8  Taquile 6

 

Le soir, de retour à Puno, nous avons eu l’occasion de goûter au plat local, le Cuy (prononcez : couille … non vous ne rêvez pas). Il ne s’agit pas de ce que vous pensez … mais du cochon d’inde, animal spécialement élevé pour la cuisine et dont les Péruviens raffolent. Même si nous avons beaucoup aimé la cuisine Péruvienne qui est très gouteuse et très fine, ce plat ne nous a pas particulièrement séduit.

 

Cuy

  

Le lendemain, nous quittons Puno pour aller au Canyon de Colca. Pendant tout le voyage, nous restons perchés sur l’Altiplano, à plus de 4.000 m d’altitude … en passant même un col à 4.910 m. A cet endroit, nous avons une vue magnifique sur les hauts volcans de la région :

  • Mitsi 5825
  • Chachani 6075 m
  •  Ampato 6288 m
  • Mitsmi 5672 m d’où part la source de l’Amazone
  •  Sabancaya 5976 m
  • Hualca hualca 6025 m

 

4910 1 4910 2

 

Nous passons quelques jours dans le canyon de Colca, le 3ème plus profond canyon du monde. Du plus haut au plus profond, il mesure plus de 4.000 m.

 

Dans le canyon, nous logeons dans l’hôtel d’Emmanuel  (www.tradicioncolca.com), le fils d’un ami de Gilles installé à Arequipa depuis 15 ans … Après avoir parcouru à vélo l’Amérique du Sud sur plus de 6.000 kms, Emmanuel s’est marié avec une Péruvienne et a fondé une famille avec trois charmants enfants.

 

Emmanuel

 

 

Nous avons eu beaucoup de plaisir à le rencontrer et à le côtoyer. Il nous a appris beaucoup sur le Pérou et nous vous le recommandons chaudement si vous envisagez de visiter ce pays. N’hésitez pas à le contacter de notre part (incaguide@hotmail.com). Nous le remercions de son accueil, de son aide et de ses services très professionnels.

 

 Au cours de notre séjour au Colca, nous aurons l’occasion de voir le canyon sous toutes les coutures.

 

D’abord à cheval, grâce à l’activité d’équitation développée par Tradition Colca. Benjamin voulait depuis plus mois faire une balade à cheval. C’était l’occasion rêvée de le satisfaire … et nous aussi !!!

 

Colca cheval

 

Ensuite, à pied en montant à la Forteresse de Chimpa, un site Inca qui permettait d’avoir une vue imprenable sur la vallée et le canyon. Cela en faisait un site d’observation stratégique. La montée (450 m à plus de 3.100 m d’altitude) a été difficile pour tous mais l’effort valait la peine car la vue est vraiment exceptionnelle.


Chimpa 2 


Chimpa 3

 

Colca lama

 

Pour finir en voiture, en nous rendant à la Cruz del Condor, un site très touristique où, en plus d’une vue imprenable sur le canyon, nous pouvons voir les Condors que nous avions déjà manqués à plusieurs reprises. Et là, il y en avait beaucoup pour le grand bonheur de Benjamin.

 

Cruz 1


Cruz 2

 

Cruz 3

 

Cruz aigle avec en prime un aigle apprivoisé


Après cette très agréable étape au Colca, nous reprenons la route pour Arequipa, deuxième ville du pays avec plus de 1,2 M d’habitants. Arequipa veut dire « Ville blanche » car les principaux (et anciens) bâtiments ont été construits avec une roche volcanique blanche.

 

Et à Arequipa, il faut dire que les volcans sont proches puisque le Mitsi n’est qu’à 17 kms et le Chachani à 10 kms. Les volcans font partie du paysage et de la vie des Arequipiens … puisque la ville subit régulièrement des tremblements de terre (le dernier pendant une nuit où nous étions sur place … mais nous n’avons rien ressentis).

 

Arequipa mitsi Volcan Mitsi

 

Arequipa chachani Volcan Chachani


La ville est également très riche en monuments, églises, musées … situés au centre de la ville et proche de la Plaza des Armes.

 

Arequipa plaza

 

Parmi ceux ci, il faut citer le très beau Monastère de Santa Catalina, créé en 1570 et dédié à Saint Catherine de Sienne. Le Pape Jean Paul II y est venu en 1985 pour béatifier sœur Anne de Los Angeles Manteagudo.

Ce Monastère, qu’on pourrait qualifier de ville dans la ville, est un lieu étonnant d’une beauté incroyable, avec des patios, des cloîtres, des maisons, des rues, des ruelles, …

 

Santa 2

 

Santa 3

 

Santa 4

 

C’est dans la ville d’Aréquipa que nous avons fait connaissance de Jean François (le père d’Emmanuel) et de son épouse Christine, les amis de notre ami Gilles que nous remercions de nous avoir mis en contact avec eux.

 

Jean François et Christine, retraités ou presque … et installés depuis 5 ans à Aréquipa nous ont fait découvrir leur ville. Autour d’un bon repas, ils nous ont parlé avec passion de leur aventure. Nous les remercions du temps qu’il nous ont consacré et saluons leur courage pour s’installer, à l’âge de la retraite, en terre inconnue ... ou presque !!!

 

Repas de famille

 

 

  

Vous connaissez sans doute l’expression « C’est pas le Pérou … ». Elle fait référence au fait que les richesses du pays (Or, argent, …) furent pillées par les espagnols ne laissant que de minces résidus.

 

Et bien, au cours de notre voyage, c’était vraiment LE PEROU. Nous avons vraiment adoré ce pays, la gentillesse de ses habitants, la beauté de ses paysages, la richesse de sa culture … et encore, nous n’en avons vu qu’une partie … il reste encore à découvrir la forêt amazonienne, la côte pacifique nord qui ressemble aux cotes caraïbes, Nazca, … Peut être une prochaine fois ???

 

A bientôt ...

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Perou
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 05:17

Après la ville de Salvador, nous partons découvrir la belle île de Fernando de Noronha.

 

Pourquoi avoir choisi cette île qui ne figure pas trop dans les circuits touristiques ?

 

Parce qu’elle est classée Patrimoine Mondial par l’Unesco, qu’elle comporte un parc marin exceptionnel regorgeant de poissons (c’est un temple de la plongée !), de tortues et de dauphins, et aussi parce que, selon un magazine de voyage américain, elle possède des plages classées dans le top10 mondial … et dans le top 2 brésilien.

 

Autant de bonnes raisons pour y aller !!!

 

Longue de 10 kms et large de 4 kms, Fernando est  une île volcanique qui se trouve sur une dorsale de l’atlantique ouest. En fait, elle est située dans un archipel regroupe 21 îles mais on ne parle que de la principale, seule habitée.

 

Fernando est située à environ 350 kms des côtes brésiliennes au nord est de la pointe orientale. Elle est baignée par un climat tropical qui lui donne une couverture végétale superbe.

 

fernando de noronha map2

 

avion

 

 

L’île est traversée par la plus petite route fédérale du Brésil (BR 363) qui ne mesure que 7,5 kms de long. Un petit bus fait en permanence des allers retours le long de cette route. C’est le seul moyen de transport public de l’île. Sinon, il y a quelques voitures … et les buggys car, hormis cette route, il n’y a que des chemins de terre plus ou moins empierrés pour circuler dans l’île.

 

L’île, découverte par l’Italien Amerigo Vespucci en 1503, fut occupée successivement par les Hollandais (17ème) , les Français (18ème) pour finir dans les mains des Portugais puis des Brésiliens. Il existe aussi des vestiges d’une base militaire américaine qui date des années 50.

 

Le nombre de touristes dans l’île est limité à 460. Chacun paye une taxe environnementale excessivement élevée (380 € pour 7 jours pour nous 3 que nous payons à l’arrivée). Il y a peu ou pas de touristes occidentaux car l’île est trop excentrée des circuits touristiques traditionnels. On n’y trouve que des touristes brésiliens.

 

La population de l’île n’est que de 3.500 habitants qui travaillent essentiellement pour le tourisme.  La capacité hôtelière de Fernando est limitée. L’île ne compte que 70 pousadas (sorte de guesthause) et seulement un ou deux hôtels.

 

Le tourisme n’est donc pas très intensif … et c’est bien comme cela !!!

 

 

Ici, le moyen de transport le plus développé étant le buggy, c’est avec une pensée pour notre ami Christian que nous décidons d’en louer un pour découvrir l’île.

 

buggy

 

 

L’île a été une place forte et compte les vestiges de pas moins d’une dizaine de forts ou fortins d’où l’on a des vues époustouflantes sur l’océan. En effet, ils ont été construits pour servir de postes d’observation de l’océan.

 

fort 1

 

fort 2 

 

 

Parmi les particularités de l’île, nous avons découvert un endroit portant le nom d’Air France. Nous apprenons que cet endroit était un centre de maintenance d’une des 4 compagnies aériennes qui ont été fusionnées pour créer Air France en 1934 (Compagnie Générale Aéropostale). L’endroit a été transformé en Centre Culturel … La vue sur le nord est de l’archipel est superbe

 

Air france 1 

 

Air france 2

 

Le village principal comporte au centre une belle église et aussi des bâtiments d’époques qui ont été bien restaurés.

 

eglise 

 

village 

 

chapelle san pedro

 

En dehors du village, nos visites ont rapidement ciblé les plages de l’île.

 

plage cacharro Plage Cacharro

plage conceiçao Plage Conceiçao

 

plage Sueste Plage Sueste

 

plage los americanos Plage Los Americanos

 

plage Do Bode Plage Do Bode

 

Plage Cacimba Do Padre Plage Cacimba do Padre

Plage Cacimba Do Padre 2 Plage Cacimba do Padre

 

Plage Los Porcos Plage Los Porcos

 

 

Sans oublier la plus belle et de loin, la plage de Sancho, celle qui figure dans le top 10 mondial des plages. Une plage en contrebas d’une falaise de 50 m de hauteur, à laquelle on accède par des échelles … et qui est en demi-cercle avec un sable fin. Comme sur les autres plages, ce n’est pas l’affluence qui gène et lorsqu'on y fait des rencontres, elles sont bien sympathiques ...

 

plage sancho echelle 

 

plage sancho 1 

 

plage sancho 2 

 

plage sancho 3 

 

plage sancho 4 

 

plage sancho belle vague 

 

crabe

 

 

En dehors des plages, nous décidons d’aller au poste d’observation des dauphins situé à 70 m de hauteur sur une falaise qui donne sur la Bahia dos Golfinhos. Les dauphins font l’objet d’une surveillance permanente (heure de passage, comptage, …). La stagiaire présente à notre arrivée nous explique que les dauphins sont sortis de la baie et que la meilleure heure pour les voir est le matin à 6h00. Rendez vous est pris pour le lendemain matin.

 

Lever à 5h45 et à 6h15, nous sommes sur place. Il pleut. Nous attendons une bonne demi-heure. La stagiaire nous tend des jumelles et nous indique que les dauphins arrivent. Nous voyons un premier groupe qui trace le chemin pendant que le gros de la troupe suit. Il doit y avoir au moins une centaine de dauphins.

 

La hauteur et la faible luminosité feront que nos photos seront pitoyables … mais nous garderons le souvenir d’un moment inoubliable que les dauphins nous ont offert (sauts, éclaboussures dans l’eau, …)

 

Dauphins 2 

Dauphins 1

 

 

Concernant les tortues, également présentes dans l’île, il existe une ONG, Projeto Tamar, qui les surveille et en prend soin. Il faut savoir que la reproduction des tortues est très particulière. Les tortues viennent pondre à l’endroit précis où elles sont nées. Sur le nombre d’œufs pondus et éclos, peu survivent à cause notamment des prédateurs (notamment les requins). L’île de Fernando étant très protégée, elle constitue un lieu privilégié de reproduction des tortues.

 

A cette occasion, nous avons appris qu’il existe des tortues pouvant atteindre près de 3 mètres de long.

 

tortues 1 

 

tortues 2

 

 

Après cette semaine très reposante, nous garderons un excellent souvenir de cette belle île, une sorte de paradis, à l’échelle humaine, loin du stress, dont les habitants sont d'une grande gentillesse et dans laquelle la nature nous offre certainement ce qu’elle a de plus beau …

 

A bientôt ...

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Bresil
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 00:36

Nous continuons notre découverte du Brésil en passant quelques jours à Salvador de Bahia.

La ville est située dans la baie de Todos os Santos (baie de tous les saints) qui fut découverte le 1er Novembre, jour de la Toussaint. Elle compte plus de 3 millions d’habitants.

Salvador de Bahia est bordée par plus de 70 km de plages entrecoupées de phares, de forts et de baies.

Troisième ville du pays par sa population, Salvador est la ville la plus africaine du Brésil. On la surnomme, la Rome noire. Rome car la ville compte pas moins de 365 églises, et Noire car la ville est peuplée à plus de 90% par des descendants des esclaves africains.

 

benji et boubou 

 

Nous nous installons à la « Villa Carmo » dans le quartier historique du Pelourinho. C’est une pousada (ancienne maison) tenue par un italien GianLuca. Tout en étant chaleureusement accueillis, nous sommes surpris en arrivant par les mesures de sécurité. L’entrée de la pousada est protégée par de lourdes grilles fermées par une chaîne cadenassée. Nous constaterons que toutes les autres maisons du centre ont adoptés ce même système.

 

pousada

 

Le centre historique est inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Dans les années 1990, débute un important chantier de rénovation, plus de 800 maisons ont été recensés par l’Unesco. Les maisons coloniales aux couleurs vives font réellement le charme du centre historique.

 

maison colore 2 

 

maison colore 1 

 

maison colore 3


La ville de Salvador est divisée en deux parties : la ville haute (le centre historique) et la ville basse où se trouvent les immeubles administratifs. Entre les deux, un seul moyen d’accès l’Elevador Lacerda (ascenceur).

De l’Elevador, nous apercevons le port, le fort de Sao Marcelo et le Mercado Modelo (marché) construit dans les anciens bâtiments des douanes.

 

elevator


Les rues du centre historique sont pavées et les maisons ont du cachet malgré leur état parfois insalubre. Des boutiques artisanales proposent tee-shirts, paréos, poupées en tissus ou des peintures.

 

rue animee


Nous visitons ensuite l’église de  Saint François d’Assise, datant de 1713 qui est réputée être une des plus belles églises de la ville. Elle est de style baroque et presque entièrement couverte de sculptures dorées. A l’intérieur il y a beaucoup, beaucoup d’or … voire beaucoup trop.

 

eglise saint francois


Nous faisons le tour du cloitre décoré de nombreux azuleijos, plus calme et plus sobre.

 

eglise saint francois cloitre


Sur la Plaza da sé nous découvrons la statue de Zumbi dos palmares. C’est une icône de la résistance anti-esclavagiste et héros de la communauté afro-brésilienne. Trahi par les siens, Zumbi est capturé et tué par les portugais le 20 Novembre 1695.

 

zombi


Nous  croisons au hasard des rues des femmes bahianaises portant le costume traditionnel, composé d’une jupe et de plusieurs jupons superposés. Ces femmes ont le droit de s’installer d’après un arrêté municipal où elles veulent pour préparer des beignets appelés « acarajés ».

 

mama beginets


Dans Salvador, tout est prétexte à faire la fête. Sur le trottoir, il n’est pas rare de voir des gens attablés à des tables en plastique de couleurs buvant de la bière et écoutant de la musique rythmée et forte. 

 

rue aux blacks


Nous croisons également des groupes de musiciens qui savent si bien mettre l’ambiance que dès les premiers sons, la place s’anime…

 

la fete sur la place

 

Le centre reste un quartier populaire. L’ambiance est très différente de ce que nous avons connu à Rio. Au croisement des rues commerçantes, nous apercevons régulièrement la « policia turistica ». Des ruelles plus étroites et sombres sont sans surveillance. Il est déconseillé de s’y engager, ce sont des quartiers peu sûrs, les favelas. Nous croisons très peu de touristes.

 

La violence fait partie du quotidien des brésiliens. En moyenne, 20 à 30 personnes sont tuées dans les favelas chaque week-end. Le calme apparent dans les rues du centre est essentiellement lié à la présence des policiers. Si l’on s’en éloigne, les règles de la rue reprenne vite le dessus. Nous nous en rendrons compte le soir venu.

 

En fin de journée, nous sortons pour assister à un entrainement de Capoeira angola. La capoeira remonte au 18 siècle et était pratiqué en secret par les esclaves qui exprimaient ainsi leur révolte. En 1932, le gouvernement officialise cet art martial comme sport national. C’est à Salvador de Bahia que s’ouvrirent les premières académies. Deux écoles se distinguent, la Capoeira angola pratiquée par Mestre Pastinha qui revendique le style traditionnel et la capoeira régionale créé par Mestre Bimba plus proche des arts martiaux.

 

bimba  bimba 2


La musique et des chants africains attirent nos pas et nous pénétrons dans une salle où des jeunes pratiquent la capoeira angola. Au rythme de trois instruments de musique le berimbau ( forme d’arc), le pandeiro (tambourin) et l’atabaque (tam-tam) des danseurs rivalisent deux à deux au milieu d’un cercle formé par les autres participants. Les mouvements sont lents et rapides, souples et fermes… Malgré les coups portés, beaucoup de respect transparait dans la manière de faire. Nous repartons contents mais sans vraiment de coup de cœur.

 

En quittant la salle, nous passons près d’un groupe d’adolescent et l’un d’entre eux nous suit. Le jeune nous accoste à plusieurs reprises pour nous parler, nous demander des cigarettes… à chaque fois Dom le repousse calmement mais fermement. Nous regardons derrière nous pour voir si nous ne sommes pas suivis. Rien à l’horizon. En approchant d’une intersection, la ruelle se fait plus sombre et l’adolescent bouscule Dom et lui arrache deux des chaines qu’il a à son cou. L’attaque est si rapide  et imprévue que le temps de comprendre ce qui se passe, le jeune est déjà loin. Dom part à sa poursuite, mais s’arrête bien vite car la rue dans laquelle le jeune s’est engagé découragerait les plus téméraires. Nous rassurons Benjamin secoué par l’agression. Ce n’est pas grave et cela aurait pu être bien pire. 

 

Le lendemain, nous décidons d’assister à une séance d’entrainement de capoeira régionale à l’académie de Mistre Bimba. Nous pensons bien évidemment à Benoit qui pratique ce sport depuis plus de dix ans. Nous sommes cette fois ci sous le charme. Les rythmes sont plus rapides. Les enchainements se succèdent sans de réelle pause pour les sportifs, qui sont rapidement en nage. Ce sport nécessite souplesse et agilité. En effet les pratiquants peuvent prendre position en appui ou en équilibre sur les mains pour effectuer des coups de pied ou des acrobaties. C’est à la fois  impressionnant et fascinant. «  Capoeira é dança e lutta, Capoeira é arte e magia » (capoeira est danse et lutte, Capoeira est art et magie).

 

capoiera

 

Pour vous faire une idée, voici une courte vidéo de présentation (pas prise pas nous car interdiction de filmer sur place). 

 


 


Après l’incident de la veille, nous décidons d’écourter notre séjour dans le centre pour nous rapprocher des plages de Barra.

C’est Dimanche et nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. En effet, la plage est bondée. Les gens sont venus en famille ou en groupe. Des parasols et des chaises sont éparpillés tout le long de la plage. Il y a beaucoup d’agitation. Les enfants jouent dans les vagues. La plupart des gens sont des afro-brésiliens. Il y a du monde de partout. Nous nous sentons décalés. Nous sommes les rares touristes de couleur blanche. Nous apprécions cette ambiance familiale et amicale et profitons du soleil et des vagues.

 

Près de la plage, nous apercevons le phare de Barra qui est maintenant le Museu Nautico.

 

fort barra

 

Recommandé par GianLucca, nous prenons contact avec Christophe, originaire de Rouen, tombé amoureux, il y a 7 ans du pays et d’une brésilienne. Passionné par le Brésil, il s’est récemment installé comme guide touristique (www.guidebresil.fr).

 

Nous commençons par visiter le marché Sao Joaquim, marché très populaire situé dans la ville basse. C’est un marché authentique où l’on trouve aussi bien des fruits, légumes, épices, viandes, poisson, que des habits…

 

marche sao joacquim


Commerçants et particuliers viennent acheter ici les produits dont ils ont besoin. Le marché est immense et il serait facile de se perdre dans le dédale des ruelles. Nous déambulons un moment entre les échoppes et les odeurs.

 

cigares.jpg


Nous continuons jusqu’à l’église Nosso Senhor do Bonfim (Notre Seigneur de bonne fin), église catholique située sur la sagrada colina (colline sacrée) face à la baie.

Cette église a été construite à la suite d’une promesse faite par le capitaine de marine portugaise Theodozio Rodrigues. Lors d’une tempête, il avait fait le vœu de construire une église identique à celle existant au Portugal s’il en ressortait vivant. Il tint sa promesse et fit construire l’église.

 

bonfim de loin

 

Cette cathédrale est très fréquentée, de nombreux miracles s’y seraient produits. Les gens viennent pendant leurs pauses ou les repas, les personnes plus âgées viennent  plusieurs fois par jour prier. Le dimanche pas moins de 7 messes sont célébrées.

 

bonfim

 

Une petite salle attenante à l’église est dédiée aux offrandes, remerciements et prières. Les murs sont garnis de photos, d’inscriptions de personnes qui sollicitent une aide ou remercient. Les photos sont régulièrement changés tellement il y a de demandes.

A l’extérieur, des marchands vendent des bracelets porte-bonheur de couleur, sorte d’offrande pour formuler des vœux, des prières. Les croyants les attachent aux grilles devant l’église. Ils font trois nœuds et trois fois le même vœu. Lorsque le bracelet se défait, le vœu se réalise.

 

les voeux

 

Nous continuons vers le phare de Mont Serra. C’est un endroit déserté aujourd’hui qui aurait dû être un port permettant aux habitants de la périphérie de Salvador d’accéder plus facilement au centre. Le projet est tombé aux oubliettes. Les quais ont été construits puis plus rien. Quelques voleurs viennent dérober du marbre, des tuyaux en acier… Nous restons un moment à bavarder et regarder des enfants pauvres pêcher.

 

enfants qui echent


Nous allons ensuite dans le quartier Ribeira pour le déjeuner, quartier réaménagé au bord d’un port, et bordé par une plage de sable blond où s’alignent les restaurants traditionnels.  Ici, pas le moindre touriste, seuls les locaux viennent prendre leur repas. Nous avons l’impression d’être à la campagne, loin de l’agitation de la ville. Cela nous plait.

 

ribeira


Après le déjeuner, nous  visitons le musée d’art moderne qui se trouve sur la baie. Ce musée a été créé dans une ancienne maison d’une riche famille bahianaise qui faisait le commerce de la canne à sucre. Situé au bord de l’eau, le style d’origine a été conservé.

 

musee art moderne


Pour finir la visite et pour faire plaisir à Benjamin, nous faisons étape au Zoo de Salvador et découvrons les animaux du pays.

 

Zoo

 

Notre découverte de la ville avec Christophe, que nous remercions particulièrement de s'être libéré pour nous accompagner, nous a permis d’avoir un autre regard sur Salvador. Nous avons été ravis des moments passés en sa compagnie. Nous avons particulièrement apprécié sa simplicité, et son amour sincère pour ce pays qui l’a accueilli.

 

Ces quelques jours à Salvador auront été marquants pour nous. Il nous aura fallu un peu de temps pour trouver nos marques dans cette ville.  Mais en prenant le temps d’écouter, de regarder autour de nous sans juger, nous nous sommes sentis plus à l’aise. Nous avons été sensibles au charme de ces vieilles ruelles et touchés par la diversité des rencontres. Il n’y a pas de demi-mesure au Brésil.

 

En même temps, notre aventure nous aura mieux fait toucher du doigt la réalité de ce pays dont encore 20 % de la population (40 % dans l’état de Bahia) vit sous le seuil de pauvreté (soit 2 $ par jour).

 

Même si le Brésil connaît une croissance record (9 % en 2010), et est classé en 8ème position pour sa puissance économique, il n’en reste pas moins considéré comme un pays émergent ... compte tenu des écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

 

A bientôt ...

 

Repost 0
Published by Christine et Dominique - dans Bresil
commenter cet article

Bienvenue ...

  • : Le monde vu par la famille Pasquier
  • Le monde vu par la famille Pasquier
  • : Nous vous proposons de nous suivre tout au long de notre périple et de rester en contact avec nous pendant notre tour du monde ... Inscrivez vous sur la news letter pour recevoir directement les nouveaux articles. N'hésitez pas à réagir et à donner des nouvelles aussi. A bientôt !
  • Contact

Le monde vu par la famille Pasquier

Actuellement, nous sommes à la maison ... à Castillon du Gard

 

Castilon-du-gard-copie-1.jpeg

Recherche

Thèmes